Programme cinéma de la Province du Luxembourg et du Luxembourg

Sep 14, 2021 |  Bastogne, ACTUALITES, Arlon, Cinema, Cinémas, Cultures, Habay, Uncategorized, Virton | 0 commentaires

Info>>lux >> Thémes >> Cultures >> Cinémas >> Cinema >> Programme cinéma de la Province du Luxembourg et du Luxembourg

Semaine du 15 au 22 septembre 2021

Une programmation éclectique

La femme occupe une place importante cette semaine. Elle est à la fois la mère courage qui protège contre vent et marée ses enfants et mère déterminée lorsqu’il s’agit de retrouver son fils disparu. Deux films qui ne laissent pas indifférents. Dans la catégorie « films plus légers », on se lèchera les babines durant la projection de « Délicieux » et on se moquera de cette jeunesse dorée de « Pourris gâtés » avec Gérard Jugnot, Camille Lou et Artus. Laurent Lafitte se lance dans la réalisation avec « L’origine du monde » pendant que Michael Keaton se retrouve dans la peau d’un avocat bénévole, Maître Kenneth Feinberg, expert dans la rémunération des victimes. « A quel prix ? » est dès lors le biopic de la semaine au même titre que « Don’t Breathe 2 » l’est dans la catégorie l’épouvante-horreur. Thibaut Demeyer.

PROGRAMMATION PROVINCE DE Luxembourg

“Don’t Breathe 2” épouvante-horreur, thriller de Rodolfo Sayagues avec Stephen Lang, Madelyn Grace, Brendan Sexton III

Le Pitch : quelques années après la première effraction mortelle au domicile de Norman Nordstrom, ce dernier vit des jours tranquilles et paisibles. Mais ses anciens péchés le rattrapent…

Commentaires : est-il utile de préciser aux amateurs du genre que « Don’t Breathe 2 » est la suite de « Don’t Breathe – la Maison des ténèbres » sorti en 2016 ? Je pense que non. En revanche, le réalisateur de « Don’t Breathe 2 » (il avait signé le scénario du premier opus), Rodolfo Sayagues, a déjà bouclé son prochain film qui n’est autre que « Massacre à la tronçonneuse » un autre classique du genre gore. Et pour celles et ceux qui aiment les histoires d’argent, sachez que le premier opus avait coûté 10 millions de dollars et rapporté « seulement » 157 millions, une suite s’imposait dès lors très logiquement.

Copyright photo : © 2021 Sony Pictures Entertainment Deutschland GmbH

« Pourris gâtés » comédie de Nicolas Cuche avec Gérard Jugnot, Camille Lou et Artus.

Le Pitch : paresseux, capricieux, fêtards, les trois enfants de l’homme d’affaires Francis Bartek ne font rien de leur vie, à part dépenser l’argent que leur père a durement gagné. Lassé par leur comportement, celui-ci leur fait croire qu’ils sont totalement ruinés, les forçant ainsi à faire l’impensable : travailler !

Commentaires : après être passé par l’objectif de Claude Lelouch pour « La belle histoire », Nicolas Cuche se met à l’écriture et à la réalisation. Après un premier long métrage peu connu, un second marque les esprits « La chance de ma vie » avec Virginie Efira et François-Xavier Demaison. « Pourris gâtés » est le troisième film de Nicolas Cuche qui, pour l’occasion, a adapté une comédie à succès venant en droite ligne du Mexique et intitulée « Nosotros los Nobles » de Gaz Alazraki.

Copyright : Arnaud Borrel

« Délicieux » comédie, historique de Eric Besnard avec Grégory Gadebois, Isabelle Carré, Benjamin Lavernhe

Le Pitch : à l’aube de la Révolution française, Pierre Manceron, cuisinier audacieux mais orgueilleux, est limogé par son maître le duc de Chamfort. La rencontre d’une femme étonnante, qui souhaite apprendre l’art culinaire à ses côtés, lui redonne confiance en lui et le pousse à s’émanciper de sa condition de domestique pour entreprendre sa propre révolution. Ensemble, ils vont inventer un lieu de plaisir et de partage ouvert à tous : le premier restaurant. Une idée qui leur vaudra clients… et ennemis.

Commentaires : Eric Besnard est un réalisateur du genre à aimer faire le grand écart entre les genres cinématographiques. Quand il ne fait pas dans l’action avec « 600 kg d’or pur », il fait dans la comédie romantique avec « Le goût des merveilles » où il a dirigé pour l’occasion Virgine Efira sans oublier le thriller avec « Le sourire du clown » avec Ticky Holgado. Avec « Délicieux », il s’attaque au film historique dirigeant Grégory Gadebois qui avait donné la réplique à Jean Dujardin dans « J’accuse » de Roman Polanski et plus récemment nous l’avons vu dans « Présidents » et « Tout s’est bien passé » de François Ozon et présenté en compétition au dernier Festival de Cannes. Quant à Isabelle Carré, on se souvient d’elle donnant la réplique à Benoît Poelvoorde dans « Les émotifs anonymes » mais aussi dans « Holly Lola » partageant l’affiche avec Jacques Gamblin, le tout sous la direction de Bertrand Tavernier.

A noter que le film a été présenté en avant-première lors du Festival d’Angoulême en août dernier. 

Copyright : Jérôme Prébois / 2019 Nord-Ouest Films

« L’origine du monde » comédie de Laurent Lafitte avec Laurent Lafitte, Karin Viard, Vincent Macaigne.

Le Pitch : Jean-Louis réalise en rentrant chez lui que son coeur s’est arrêté. Plus un seul battement dans sa poitrine, aucun pouls, rien. Pourtant, il est conscient, il parle, se déplace. Est-il encore vivant ? Est-il déjà mort ? Ni son ami vétérinaire Michel, ni sa femme Valérie ne trouvent d’explication à cet étrange phénomène. Alors que Jean-Louis panique, Valérie se tourne vers Margaux, sa coach de vie, un peu gourou, pas tout à fait marabout, mais très connectée aux forces occultes. Et elle a une solution qui va mettre Jean-Louis face au tabou ultime…

Commentaires : il s’agit du premier film en tant que réalisateur de Laurent Lafitte que nous avons découvert notamment dans les films de Guillaume Canet mais aussi aux côtés d’Omar Sy dans la comédie « De l’autre côté du périph » sans oublier « L’amour c’est mieux à deux » où il interprète le petit ami parfait de Virgnie Effira. Pour son premier film, il a choisi d’adapter une pièce de théâtre en l’occurrence « L’origine du monde » de Sébastien Thiéry. « L’origine du monde » a fait partie de la sélection Cannes 2020.

Copyright :  Laurent Champoussin

« A quel prix ? » biopic, judiciaire, drame de Sara Colangelo avec Michael Keaton, Stanley Tucci, Amy Ryan

Le Pitch :  retour sur le parcours de l’avocat bénévole Kenneth Feinberg, expert dans la rémunération des victimes comme ceux des attentats du 11 septembre 2001, de la marée noire de Deepwater Horizon, de l’attentat du marathon de Boston ou encore la fusillade terroriste à Orlando.

Commentaires : cette histoire raconte l’histoire vraie du fonds d’indemnisation des victimes du 11 septembre 2001. Présenté au Festival de Sundance en 2020, ce biopic se trouve également sur la plateforme Netflix.

Copyright : Monika Lek / Netflix

PROGRAMME DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG

  • « Delicieux » comédie, historique de Eric Besnard avec Grégory Gadebois, Isabelle Carré, Benjamin Lavernhe
  • “Don’t Breathe 2” épouvante-horreur, thriller de Rodolfo Sayagues avec Stephen Lang, Madelyn Grace, Brendan Sexton III
  • « Pourris gâtés » comédie de Nicolas Cuche avec Gérard Jugnot, Camille Lou et Artus.
  • « La Nuit des Rois » voir rubrique « A l’affiche et déjà vu pour vous »
  • « Herself » voir rubrique « A l’affiche et déjà vu pour vous »
  • « Streams » voir rubrique « A l’affiche et déjà vu pour vous »

A L’AFFICHE ET DÉJÀ VU POUR VOUS

« La nuit des Rois » drame, fantastique de Philippe Lacôte avec Bakary Koné, Steve Tientcheu, Digbeu Jean Cyrille

Le Pitch : dans la MACA d’Abidjan, l’une des prisons les plus surpeuplées d’Afrique de l’Ouest. Vieillissant et malade, Barbe Noire est un caïd de plus en plus contesté. Pour conserver son pouvoir, il renoue avec le rituel de “Roman”, qui consiste à obliger un prisonnier à raconter des histoires durant toute une nuit.

Avis : voilà une histoire qui sort de l’ordinaire et qui vous plonge dans un univers fantasmagorique qui vous passionnera jusqu’au bout même si celle-ci n’a rien de réjouissant. Au contraire, elle est inquiétante et vous suivra longtemps après. A coup sûr, Philippe Lacôte est le réalisateur du cinéma africain qu’il ne faudra pas perdre de vue. 

Cote : 4/5

Copyright : Les Films du Losange

« Herself » drame de Phyllida Lloyd avec Clare Dunne, Conleth Hill, Harriet Walter

Le Pitch :  Sandra a fui l’emprise de son ex-mari possessif. Elle s’offre un nouveau départ et décide de construire de ses propres mains et avec zéro économie une maison sûre et chaleureuse pour ses filles.

Avis : Phyllida Lloyd aborde le thème douloureux des femmes battues et de leur parcours du combattant pour fuir l’horreur qu’elles vivent au quotidien. Quitter un homme violent est d’autant plus difficile lorsque vous avez des enfants en bas-âge car elles ne savent pas où aller. La société culpabilise encore trop souvent ces femmes en leur posant la question « pourquoi n’êtes-vous pas partie plus tôt » ! Facile à dire, pas facile à faire. Dans « Herself » Phyllida Lloyd, qui a réalisé auparavant la comédie musicale « Mama Mia » et le biopic « La dame de fer », porte un regard forcément féminin sur cette histoire qu’elle a écrite. L’adage « Nécessité fait loi » est on ne peut plus approprié à son film avec cette mère courage interprétée par Clare Dunne qui démontre son courage, sa volonté que seule une mère est capable de faire pour avant tout protéger ses enfants. Phyllia Lloyd  nous présente une œuvre qui joue, certes et on le comprend vu le sujet du film, sur la corde sensible des sentiments mais sans pour autant tomber dans le pathos. Ce qui est remarquable !  

Cote : 4/5

Copyright :DR

« Streams » dramede Mehdi Hmili avec Alef Ben Mahmoud, Iheb Bouyahia, Sarah Hanachi

Le Pitch : Amel, accusée à tort, sort de prison après une affaire d’adultère et de prostitution. Dans les bas-fonds de Tunis, elle cherche son fils disparu Moumen. Au cours de son périple, Amel fait face à une société tunisienne en pleine chute libre.

Avis : A travers ce drame, Mehdi Hmili traite de plusieurs sujets que sont les fléaux de la société actuelle. Ici, il parle de la Tunisie mais en somme, c’est un peu le même problème dans tous les pays. La jeunesse est bien sûr la première victime de cette société en chute libre. Derrière ce thème principal, Mehdi Hmili rend aussi hommage au courage des femmes à la solde d’une société dirigée par les hommes qui bafouent le droit des femmes. 

Cote : 3/5

Copyright : DR

Mots clés :

Cinema Thibaut Demeyer

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This